<- Retour

ET S’IL FALLAIT N’EN LIRE QU’UN CE MOIS-CI ?

AVRIL 2019

 
 
41cCzF4xpUL._AC_US218_.jpg

JESMYN WARD
Le Chant des revenants

Éditions Belfond (février 2019)

Mississippi après l’ouragan Katrina, Jesmyn Ward, nous raconte un "road trip" rapporté par trois voix : celle de Léonie, de Jojo et de Richie.
La première, jeune mère noire traumatisée par la mort de son frère, est accro à la drogue depuis que son mari blanc, Michael, est en prison.
Jojo, le second, 13 ans, leur fils aîné qui protège sa petite sœur de 4 ans, est conscient du fait que ses parents ne l’aiment pas et Richie, jeune garçon fantôme, mort des années auparavant qui fut codétenu du grand-père de Jojo ; Richie viendra hanter les pages de ce livre pour aider Jojo à trouver sa voie ;
Ils habitent tous chez leurs grands-parents maternels et sont rejetés par leurs grands-parents paternels blancs.
Les deux familles sont en effet liées par un secret et une tragédie : 15 ans auparavant le cousin de Michael a tué le frère de sa femme.
À la veille de la sortie de prison de Michael, Léonie décide d’aller le chercher à sa sortie avec ses enfants et une amie. C’est l’occasion d’un voyage halluciné, ponctué d’arrêts et de rencontres, pour ramener son homme dans le monde des vivants.

Figure majeure de la littérature américaine, l’auteur de ce livre a été deux fois lauréate du National Book Awardaux États-Unis (en 2011 pour le remarquable"Bois sauvage" et en 2017 pour  "Le Chant des revenants").

Elle nous offre ici un roman tout à la fois âpre et lyrique, puissant et imprégné de douleur.
Au-delà d’un simple récit familial, nous est décrit plus largement tout un pan de l’histoire américaine, entre tensions raciales, souvenirs de l’esclavage, l’Amérique noire en butte au racisme, aux injustices et à la misère.

Chaque membre de cette famille a un pouvoir : celui de voir et d’entendre les âmes et les voix des vivants et des morts.
Ce pouvoir leur permettra chacun d'entre eux, de dépasser fragilités, fêlures, failles et d’essayer de mieux comprendre le monde. Tous ces personnages sont dépeints sans jugement aucun, passé et présent s'entrecroisent dans ce récit polyphonique hors du commun qui ne peut vous laisser indemne.

C’est un récit noir transcendé par une langue d’une beauté inouïe avec pour seule issue, peut-être, le temps !
Un beau livre sur l’héritage et la construction personnelle.
Du très grand art.

Impossible de lire "Le Chant des revenants"sans penser au morceau Strange Fruitde Billie Holliday.